vendredi 29 août 2014

LA MÉMOIRE DES MÉSANGES ET LE VIEIL ENTENDEMENT

Selon des scientifiques bien informés, les mésanges auraient une mémoire d'espèce capable de sauter 4 ou 5 générations d'oubli, ou d'oblitération, pour se retrouver intacte et opérante. "On" imaginait qu'après un conditionnement entièrement domestique elles ne sauraient plus tisser finement leur nid, mais la nature et sa mémoire ont bluffé ces docteurs.

Il y eut un temps, pas si lointain, où l'on osait encore parler d'instinct mais la religion établie dans les sciences semble avoir changé. Sa puissance avait force de loi et de limite; mais il n'y a plus de lois, il n'y a plus que des résultats et plus de limites du tout. Tout est devenu possible : on devrait pouvoir effacer le monde pour tout refaire à notre idée, comme chez un personnage d'une nouvelle de P.K. Dick qui supprimait de la réalité ce qui le gênait pour laisser subsister un univers bizarre, avec des trous.

En attendant d'en arriver là, à un monde avec des trous de mémoire au sens propre, nous nous réjouissons de la nouvelle de l'irréductibilité prouvée de celle des mésanges : quelle leçon d'espoir, quelle pacifique et têtue négation du négationnisme  barbare de nos modernes apprentis sorciers. Nous nous prenons à rêver d'une vertu naturelle semblable chez nos semblables.

« Semblable » : ce mot miroir en trompe-l'œil dès qu'un instinct est attaqué par des prédateurs-sociologues. La mémoire serait-elle, très paradoxalement, le futur de ce qui est de toute éternité ? Et le "semblable" une ligne, une lignée d'unité supérieure traversant toutes les différences, très loin du "même" quantitatif ? 


Semblable. Ce vieux mot est magnifique de force et de justesse, avec en plus une espèce de possibilité sonore ouverte qui, dans l'acception positive du mot – curieusement la plus rare –  libère du sommeil une partie du vieil entendement oublié. 

« Mésange », ce mot aussi sonne étrangement dans nos têtes farcies de chiffres romains. Tant de mémoire inouïe de l'espèce  dans la musique d'un mot ! Il faudrait qu'elles sachent parler, les mésanges – comme certaines femmes, peut-être.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire