dimanche 23 novembre 2014

LA VÉRITÉ # 3 DE SOURCE






La vérité n'est pas le sommeil du « juste » dans ses certitudes conquises, encore moins le doute inquiet du relativisme triomphant. Le mensonge est toujours acquis, lui, quand il se leurre avec méthode. La vérité n'est ni confession catholique, ni strip-tease protestant, ni dépouille antique ni maquillage frais.

Elle est paix de l'âme au combat, ni juste milieu ni calculée, ni dionysiaque. Équilibre des contraires, sans choix, prise en compte sans compter, ni dialectique jésuitique. Ne fait pas la guerre ou la paix, elle part en paix à partir de la paix. Elle ne fait pas de comptes, elle les rend possibles ou impossibles.

La vérité permet d'aimer absolument, sans posséder ni déposséder, à chaque instant, par delà rationalisme et ultra-violence, sans les combattre, en les dépassant sans cesse, les rendant à leur mesure et démesure. Ni établie ni déstabilisée : elle se contente d'être dans l'espace-temps, sans lui appartenir ni le renier.

Elle est continuité dans la discontinuité des jours et des temps, reflet infini face aux questions et aux réponses, aux défis faits ou défaits dans son esprit, dans la vertigineuse négation et la lumineuse ouverture, croisées, métissées, tissées, de son éternité non contradictoirement unie et séparée.







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire