samedi 20 décembre 2014

LA VERITÉ #7 LE NOUVEL ORDRE DOMESTIQUE






Il est faux de croire, ou pire, de faire croire que ceux qui ne connaissent pas le monde de l'Entreprise, cette soit-disant enclave de soit-disant liberté et de progrès, aux monstrueuses dimensions psychologiques d'abord, seraient de dangereux incompétents et irresponsables dans les domaines de l'activité humaine contrôlée. Ils sont, malgré eux-mêmes, et malgré le système qui les exclut, pour mieux les inclure défaits et soumis, au contraire, tout l'espoir du monde. Notre bien le plus précieux, notre spiritualité cachée et vraie.

D'un monde sous influence. L'espoir du monde, comme limites naturelles survivantes de ce que n'est pas l'Entreprise, ne sera jamais, mais dont nous aurons absolument besoin pour rester humains. Cette réserve d'être est même ce qui sauvera un jour l'Entreprise de ses dévoiements infinis actuels, trop souvent abjects, à travers les figures adulées du self made businessman et du voyou efficace.

L'Entreprise, cet État dans l'État prétendant vivre en apesanteur monopolistique-concurencielle, comme toute dictature idéologique, dans l'arbitraire réaliste de ses valeurs obligées, se paie de plus en plus le luxe, impuni et encouragé, d'une agressivité illimitée et d'une violence ignoble vis à vis de ceux qui échappent naturellement, mais malheureusement sursitairement, si rien n'est dit ni fait , à son emprise mentale poulpesque : peuples, femmes, enfants, vieillards, animaux, climat, nature, biologie, religion ou tradition, mais aussi novateurs, artistes ou science classique.

La chasse d'extermination productive est ouvertement ouverte. La ressource humaine vraie, avec ses hautes valeurs, est en voie d'épuisement et d'extinction par le fait ce braconnage culturel impitoyable. Ethnocide et génocide larvé et masqué, sous l'intérêt général obligé, ou plutôt contraint sous les limites montantes des expansions de consommation et de démographies liées à la modernisation systémique sauvage normalisée de la condition humaine.

Ceux qui ne connaissent pas le monde de l'Entreprise sont les dernières tribus. Des innocents aux mains pleines, que d'autres mains, plus sales, peuvent scandaleusement manipuler pour occulter les fausses ingénuités d'un système qui fonctionne toujours mieux à son cynisme le plus bestial, et même de plus en plus sous-animal ; innocents déstabilisateurs de leur seul fait d'être, « introduits », non dans la bergerie, mais dans le cloaque des affaires de ce monde, pommadé parfumé au légalisme et à l'humanisme le plus formellement calculateur calculé.

Le scandale n'est donc pas tant, aux yeux « dollariens » d'orfraie offusquée de tout intégrisme financier unifié par le Plan Comptable Universel, l'heureuse et salvatrice incompétence de ces analphabètes des systèmes évolués de gestion intégrée, que l'inadmissible risque que leur toute relative blancheur fait courir à l'opacité cohérente d'un monde construit en sociétés secrètes de fabrication et de transformation du monde.

Nul ne peut ignorer ce secret mondial, et encore moins sa Loi. Tout ce qui ne relève pas de l'Entreprise est donc brutalement mis hors la loi économique commune, et donc aussi, dénoncé, par les chiens de garde de ces systèmes, comme responsable des malheurs programmés du monde, après Dieu. Les belles âmes, pas plus que Dieu, ne veulent voir cette réalité construite par eux-mêmes dans leur foi panurgienne, de leur propre vie, dont autant qu'autrefois la présumée, mensongère et spectaculaire colère de celui-ci, ils redoutent les effets sur leur sécurité conforme devant laquelle ils s'agenouillent impuissants, infantilisés et tétanisés comme devant un autel terroriste et sacrificiel majeur, surpuissant, omnipotent et omniscient, leur nouvelle mère cruelle, leur nouvelle maîtresse à penser et à jouir sous le fouet psychologique de sa loi étincelante.

Comme le remarquait déjà, en un sens, Aristote il y a longtemps, la comédie humaine de la Cité heureuse-malheureuse commence d'abord par celle des familles. Dévoyées, égalitaires, fraternelles et enrichies à la misère commerciale démocratique commune d'une pensée unique, universalisant sa stérilité en sentiment de bonheur conforme, partagée idéalement dans des pratiques privées d'être de vie privatisée, dans leur consommation d'avoirs inutiles, produits pour agents standards schématisés dans leurs droits fonctionnels existentiels à péage.  

Désormais trop heureux d'être embauchés, agents interchangeables que l'Entreprise se targue exhibitionnellement de produire pour produire son nouveau monde à elle, bien séparé de tout, et sans but autre que son infini développement réducteur-destructeur. Le monde unifié de sa haute débauche. La guerre est ouvertement ouverte au non-monde et au dés-ordre qui n'est pas le sien. Comme autrefois aux Païens barbares, animaux et infernaux.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire