samedi 10 janvier 2015

LE TOCSIN DE FRÈRE TUCK






Il est trop tard pour gagner une guerre dont nous ne sortirons pas vainqueurs. Mais il ne l'est pas encore pour ne pas en sortir vaincus.

Ami, n'entends-tu pas le son du tocsin de Fère Tuck au fond des bois ?



Exigeons, citoyens humains de France, le retrait immédiat, inconditionnel et unilatéral des Forces Françaises positionnées ou déployées, en moyens logistiques, entrepreneuriaux et financiers, dans tout pays d'Afrique « contaminé » par le fascisme soit-disant islamique.

Cette Afrique empestée et ensanglantée depuis tant de temps et de souffrances, dont certains influents osent affirmer encore aujourd'hui, haut et fort, sans honte, qu'elle serait "notre jardin" réservé!



Exigeons, citoyens de l'Humain et non d'État, non décérébrés ayant encore âme et cœur, l'immédiate et intégrale réaffectation, contrôlée par un ministère spécial d'exception économique, de l'ensemble des fonds et moyens à retirer, dans l'urgence absolue, des théâtres et zones précitées.  

Exigeons-le d'abord dans nos cœurs, et ensuite à l'Assemblée, et non pas le contraire.



Exigeons leur intégrale réaffectation contrôlée à la construction d'urgence d'hôpitaux de campagne sociale, familiale, intellectuelle, morale et professionnelle destinés aux banlieues et aux prisons abandonnées, aux Sans Abris et à l'ensemble des travailleurs et familles pauvres du pays de France, quelle que soit leur couleur de peau, confession ou situation administrative.

Avec, dans tous les cas, priorité aux enfants, au travail et au logement.



Utilisons positivement les forces de l'ordre et l'armée en état d'urgence contrôlée, pour une opération de paix intérieure dans le dialogue pour mener à bien la reconquête de la liberté, en liaison avec tous les volontaires de terrain et d'entreprise, dans un esprit de Résistance. 

Exigeons-le de nos politiques en dehors des partis, des idéologies et des pressions, les obligeant à suivre le mouvement. Exigeons-le de manière non-violente, mais exigeons-le, au prix de notre vie s'il le faut.



Exigeons ceci pour retrouver notre honneur perdu. Exigeons-le d'abord de nous-même, avant de le faire pour les autres, et ils partageront ces exigences, plus vitales pour notre peuple et notre pays que l'ensemble de son économie attaquée. 

Exigeons ceci de nous d'abord pour sortir du piège tendu à nos faiblesses et corruptions, à notre veulerie, à nos haines de nous-mêmes et à nos trahisons.



Ne mourrons pas couchés, en contre-terroristes intégrés, mais debout, en personnes humaines d'un grand peuple piégé, mais qui se relève.



Coupons les ponts, coupons la patte. Refusons d'être les artisans de notre défaite, comme en 40. Lavons ce 40 une fois pour toute, s'il vous plait, cette honte nationale qui nous tue encore. Finissons le travail là où De Gaulle a été contraint de le l'abandonner.



Refusons la mise à mort de notre haute culture, programmée par la terreur, orchestrée entre marteau et enclume du mensonge et du crime.



Refuser ce refus, c'est se condamner à mourir seul, comme un chien abandonné. Le porter, c'est, au milieu des confusions entretenues, vivre ensemble en pays de France, à hauteur humaine d'un honneur fraternel retrouvé.



Il n'est pas trop tard pour ne pas sortir vaincus en nous-mêmes. Portons ce refus en nous, demain 11 janvier 2015 pour qu'il ne soit pas seulement un jour de manifestation de la peur et de la manipulation des esprits. 

Et, pour ceux qui y seront autant que pour les autres, ça aura servi à quelque chose de bien.







1 commentaire:

  1. http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/je-suis-citoyen-du-monde-161808?debut_forums=0#forum4209355

    Nous nous permettons de signaler cet article remarquable que nous rapprochons,
    sans aucune prétention, du nôtre.

    RépondreSupprimer