samedi 21 mars 2015

ROBOBEES, NOUS SOMMES TOUS ABEILLE




« Connaissez-vous les « robobees » ? Dotées d’ailes, d’antennes, et d’appendices de pollinisation, ces drôles d’insectes métalliques posséderaient plusieurs points communs avec les abeilles. A ceci près qu’elles sont électroniques. Ce projet de « mini véhicule volant » est développé par des ingénieurs de l’université de Harvard, en collaboration avec des firmes high-tech. Les « robobees » sont des robots volants dont le cerveau artificiel est calqué sur celui des abeilles. Selon ses promoteurs, cette invention pourrait remédier à l’hécatombe de butineuses, qui meurent par centaines de milliers, sous l’effet ravageur des pesticides néocotinoïdes. Et contribuer à la pollinisation des plantes. »

(Les robobees des insectes électroniques pour remplacer les abeilles – Menaces sur la biodiversité, bastamag.net)



Forte mortalité des abeilles en 2014 : pesticides, monoculture, « dégradations de l'environnement » diverses et variées... Par delà les explications connues de tous, les indéboulonnables lobbies de l'Agrochimie n'encouragent évidemment pas beaucoup à sauver les abeilles, nos mères, nos soeurs

Ils ont sans doute des intérêts liés avec ces nouvelles technologies de pollinisation « fleurissant » en paradis californien... après avoir été méthodiquement pollinisées dans les cerveaux mécaniques du cercle des savants disparus*, dans le Grand Cerveau Faustien en ébullition de la future agriculture artificielle, alors que presque la moitié des abeilles sont mortes cet hiver 2014 en France et que 2015 promet d'être aussi mortifère.



Une montagne de preuves scientifiques sur les origines de cette extermination de masse programmée, apparemment, par défaut, a été accumulée, feuille par feuille, depuis au moins 20 ans, mais les ministères concernés continuent de « bloquer » toute résolution parlementaire visant à s'attaquer aux source du génocide passif des abeilles.

En quoi les responsables de notre bon État dit de droit, de notre belle société dite avancée, nos bons et dévoués gouvernants sont finalement plus coupables que les nazis du business qui les soudoient et les forcent : ils ont été élus, eux, pour respecter et faire respecter ce qui est conforme aux principes qui fondent notre République, et qui ne peuvent en aucun cas se confondre avec ceux d'une Loi des Affaires.



Loi de l'Argent, du monothéisme de l'Argent, qui s'estime, lui, dans le cynique et obscène spectacle de ses signes extérieurs de richesse de foi, exempté de l'application du principe de la séparation de l'Église et de l'État quand, par ailleurs, notre belle République persécute gaiement tout signe d'appartenance à une religion non monétaire dans l'espace public, en concurrence ouverte avec son ordre neutre (et sans odeur) – qui n'est pas neutre

Si les signes de religion sont des obscurantismes et des atteintes à la liberté laïcisée de conscience, il n'y a aucune raison qu'une basse religion de l'argent, qu'un culte primaire imbécile et leur propagande utilitariste et égoïste intégriste « fassent la loi » dans notre République.



À ceux qui, essaieraient sournoisement de nous faire passer pour de dangereux terroristes écolo-intellectuels de l'utopie communiste ou de l'idéalisme bourgeois, nous ne pouvons que conseiller, simplement, d'aller voir un peu de près comment la société des abeilles qu'on liquide en silence conçoit le « vivre ensemble », l'ordre naturel et social, et la pratique de la vie quotidienne. 

Il y a plus d'intelligence et de vérité pratique dans une seule vraie ruche que dans toutes les théories scientifiques de l'humanité. Mais ce trésor de savoir et de culture est en train d'être détruit, comme d'autres, moins dissimulés dans l'horreur intérieure de leurs simulacres, détruisent "sincèrement" des statues millénaires... en plus des vies. Mais le grand livre de la Nature est bon pour le bûcher des sciences modernes... Le monde des abeille est une mécanique froide, « techniquement » facile à remplacer.





« Afin de remédier à la disparition des abeilles, au lieu de se remettre en question, les hommes préfèrent s'appuyer sur les nouvelles technologies. Ainsi, des chercheurs de l'Université Harvard et de la Northeastern University ont inventé le Robobees. (…) Le robot reçoit un budget de 2 millions de dollars par ans sur 5 ans pour son développement, il est donc considéré comme une priorité et montre l'urgence de la situation. Muni de deux ailes très minces battant de façon presque invisible à une fréquence de 120 battements par seconde, le RoboBee est capable de réaliser des vols contrôlés. Grâce à des charnières flexibles en plastique, ce robot miniaturisé est articulé et permet aux ailes d’être commandées de façon autonome. » (http://abeilles-tpe-2014.e-monsite.com/pages/pages/les-consequences-de-leur-extinction/la-pollinisation-en-danger.html)





* « On sort rarement du village; beaucoup de savants, leur spécialité mise à part, sont bornés et peu cultivés, ou, s'ils s'intéressent à quelque chose en dehors de leur travail scientifique, il est très rare qu'ils mettent cet intérêt en relation, dans leur esprit, avec celui qu'ils portent à la science.(...) tous ces mobiles et d'autres encore se mélangent chez les habitants de ce village, comme chez tous les hommes en proportions variables. Ce village, comme tous les autres villages, est fait d'humanité moyenne (…) Il a des traits singuliers ; ainsi le fait d'être périodiquement bouleversé par de changements de mode (…) » Simone Weil, À propos de la théorie des quanta.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire